L’importance de la pluridisciplinarité

Voici le fruit du Colloque des Journées Internationales des Jeunes Chercheurs 2017 qui s’était déroulé à L’université de Lorraine au Campus de Metz. Nous étions tous des doctorants d’univers différents, mais avec le même but: montrer l’importance de la pluridisciplinarité.

J’y ai rencontré des personnes formidables qui m’ont montré qu’eux aussi avaient osé rompre quelques barrières entre des disciplines traditionnelles. J’ai bien entendu mis en avant l’Histoire de la Médecine, et plus particulièrement la Médecine Légale et les expertises criminelles à travers une intervention durant ce Colloque et un article sur « Une Historienne chez les Experts ».

Je suis contente de voir que les chercheurs sortent un peu plus de manière officielle de leur champ d’action traditionnel et s’intéressent à d’autres formes d’études. Chose qui n’est pas toujours évidente.

http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100684920

Poster Scientifique: « la Médecine Légale au XVIIIème siècle »

La première fois qu’on m’a demandé de réaliser un poster scientifique, ce fut pour l’examen final du premier semestre de mon Master 1 « Ethique de la Santé Médecine Légale, Criminalistique Archéologie », à Nancy. 

Catastrophe…. nous nous sommes tous regardés…hagards…Bien entendu nous nous sommes pliés à l’exercice. Ce fut pour moi un échec, je n’avais pas su expliquer mon sujet à travers le poster seul, il ne se suffisait pas à lui seul. Or c’est un des points clés du poster scientifique. On nous avait bien spécifié qu’il ne fallait pas mettre trop de texte, ni que des images ou des schémas, bref je n’avais pas su trouver l’équilibre. 

Aussi, quand je soumis ma candidature en 2016 pour participer au Colloque des Jeunes Chercheurs en Sciences humaines et Arts autour de : « Les frontières dans tous leurs états » à l’Université de Lorraine de Nancy, je proposais une communication orale. La décision du Comité Scientifique tomba…ce sera un poster scientifique… à nouveau catastrophe. Dans ma tête le souvenir cuisant de mon échec remonta et je me demandais bien comment surmonter cette épreuve. Tout est une question de dosage entre le texte, les images et les schémas, afin de ne pas être redondant, sans non plus être dépouillé. Sans oublier que le poster doit se suffire à lui-même.

Une fois le jour J, je regardais tout ces gens défiler devant les posters, certains s’arrêtaient devant le mien, puis poursuivaient leur chemin, d’autres me demandaient plus de renseignements. A la fin du Colloque le verdict est rendu, mon poster a plu…J’étais bien contente d’avoir relevé ce défi et rattrapé mon échec précédent. Il est toujours agréable quand notre travail est apprécié.

Je vous remercie, et me permets de soumettre ce poster ici. 

Cordialement

La médecine légale au XVIIIème siècle

Histoire de la médecine légale

Les « experts », « la police technique et scientifique », ou encore la « médecine légale », voici des termes qui sont passés à la postérité dans l’esprit de tous grâce, entre autres, aux séries télévisées. La recherche historique des méthodes d’expertises et l’étude des cas du passés deviennent une évidence afin de mieux comprendre l’évolution de ces thèmes devenus si attractifs. En effet, les magistrats du XVIIIème siècle, tout comme ceux d’aujourd’hui, peuvent faire appel à des experts. Dans l’Ancien Régime, la recherche de la vérité était une motivation importante, ainsi que la volonté de punir l’auteur de l’infraction. Plus globalement, la médecine elle-même rencontre de nouveaux enjeux à partir de la fin du XVIIIème siècle. Cet essor entraîne dans son sillage celui de la discipline médico-légale qui doit surtout mettre en lumière la preuve du corps violenté. Celle-ci s’appuie non seulement sur les sciences naturelles, en vogue à la fin du XVIIIème siècle, mais aussi sur les nouveaux terrains d’action investis par la médecine : science morale, aliénation mentale, etc. Ces domaines, suscitent autant de questions pour lesquelles le médecin-expert sera consulté. Le rôle de la médecine légale est aujourd’hui essentiel et de nombreuses disciplines peuvent apporter leur contribution.

Ainsi, actuellement, la criminalistique (c’est-à-dire des techniques mises en œuvre par la justice et les forces de l’ordre pour établir la preuve d’un délit ou d’un crime et d’en identifier son auteur) fait appel à des compétences pluridisciplinaires. Elle est en perpétuelle mutation et met en application les progrès de sciences variées. Elle englobe la police technique et scientifique, ainsi que la médecine légale mais aussi des techniques transversales (balistique, toxicologie, anthropologie, archéologie, criminologie, informatique, biologie, etc.). Il est alors judicieux de se demander quelle place les magistrats du XVIIIème siècle ont accordé à l’expertise médico-judiciaire à la recherche de la vérité ? Et voir ainsi l’évolution qui a permis cet engouement pour cette discipline en plein essor. Pour ce faire il est nécessaire de se pencher sur les archives départementales (on se limite aux archives de Meurthe-et-Moselle) des XVIIIème et XIXème siècles.

Cette étude (encore inachevée) a permis de constater la présence d’un grand nombre de mentions de rapports d’expertises réalisés par des chirurgiens jurés. On note leur intervention tant pour des « levées de cadavre », que pour apporter les premiers soins, ou encore pour l’étude des plaies sur des blessés et entendre la victime. Il est cependant nécessaire d’acquérir des connaissances médicales, mais aussi des notions juridiques, en passant par les méthodes de prélèvement et de traçabilité des indices, tant historiques qu’actuelles. Le travail de recherche de l’historien doit donc dépasser les « frontières » et ne pas se contenter d’une étude purement historique. Il devient un véritable enquêteur cherchant à utiliser de nouveaux champs d’actions pour mieux collecter ses indices et ainsi comprendre l’héritage du système d’expertise judiciaire actuel qui va permettre la hiérarchisation des preuves, selon leur force probante.